blèche


blèche

blèche [ blɛʃ ] adj.
• v. 1880; « dolent » 1596; mot norm., var. de blece « blet »
Arg. Mauvais. Laid, moche. Deux « qu'étaient bien blèches, des hideurs de filles » (Céline).

⇒BLÈCHE, adj. et subst. masc.
A.— Adjectif
1. Vx. [En parlant d'une pers.] Qui est d'un caractère mou et faible.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du XIXe et du XXe siècle.
Spéc., région. [En parlant d'une chose] Poire blèche. Synon. blette.
Rem. Attesté dans BESCH. 1845, Lar. 19e-20e, GUÉRIN 1892.
2. P. ext., arg. [Au sens physique et mor.] Laid, vilain, mauvais. Le kidnapping, y a rien de plus blèche (A. SIMONIN, Le Pt Simonin ill., 1957, p. 51) :
... la cuisine était d'un blèche! Dès que vous aviez terminé votre porcife une seule envie vous venait : vous tirer tant l'odeur des mangeailles voisines devenait débectante.
A. SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 47.
Rem. Attesté dans ROB. Suppl. 1970, et dans les dict. de FRANCE 1907, ESN. 1966.
Spéc., arg. (typogr.). Faire banque blèche. Avoir une quinzaine improductive, sans toucher d'argent.
Rem. Attesté dans Lar. 19e-20e, LARCH. Suppl. 1880 et FRANCE 1907.
B.— Subst. masc., vx, rare. Personne qui possède un caractère dolent, et manque de fermeté.
Rem. Attesté dans Ac. 1798, 1835, BESCH. 1845, LITTRÉ, Nouv. Lar. ill., QUILLET 1965.
Spéc., arg. (typogr.). Faire blèche (ou coup blèche). Au jeu des cadratins, faire coup nul (sans points).
Rem. 1. Attesté dans Lar. 19e, GUÉRIN 1892, Lar. 20e et dans les dict. techn. LARCH. Suppl. 1880, CHAUTARD 1937. 2. On rencontre dans la docum. a) L'adj. et subst. bléchard (blaichard). Synon. de malingre, décati. Devenir bléchard. Devenir vieux (cf. J. RICHEPIN, Le Pavé, 1883, p. 289). Attesté dans FRANCE 1907 et ESN. 1966. b) Le verbe intrans. bléchir (blaichir), vx. Devenir blèche. Attesté dans la plupart des dict. gén. du XIXe et du XXe siècle.
Prononc. ET ORTH. — Dernière transcr. dans DG : blèch'. Ac. 1798 écrit blèche. Ac. 1835, LITTRÉ et DG écrivent blêche. BESCH. 1845 enregistre d'une part blaiche (mou, paresseux, sot), d'autre part blèche ou blaiche (terme d'injure). Cf. aussi Lar. 19e qui donne d'une part blaiche (lâche, paresseux), d'autre part blêche ou blaiche (qui manque d'énergie). Lar. 19e signale en outre l'expr. poire blèche pour poire blette (cf. Lar. 20e et GUÉRIN 1892 qui soulignent que poire blèche se dit en Normandie). Lar. 20e admet blèche ou blaiche. GUÉRIN 1892, s.v. blaiche, renvoie à blèche. Noter que dans ses citations il écrit blêche avec un accent circonflexe. Pour les dict. mod. le mot se trouve dans QUILLET 1965 blêche ou blaiche et dans ROB. Suppl. 1970 blèche. La majorité des dict. qualifie le mot de vx et d'inusité. Pour le terme de bot., Lar. 19e signale ,,on dit aussi blègne``. Nouv. Lar. ill. enregistre blèche ou blechum.
Étymol. ET HIST. — 1596 bleche « homme mou » (L. HULSIUS, Dict. françois-alemand et alemand-françois, Novibergae); 1701 blaiche (FUR.); 1732 blêche (Trév.); 1798 blèche (Ac.); 1794 arg. des typographes (A.-F. MOMORO, Traité élémentaire de l'impr., p. 64).
Terme norm. (MOISY); cf. MÉN. (Blesche. On appelle ainsi en Normandie un homme de mauvaise foi); application au domaine moral de l'adj. a. fr. fém. blece « blette (en parlant d'un fruit) », v. blet.
BBG. — COLOMB. 1952/53, pp. 210-212. — RIGAUD (A.). La Vraie Cour des Miracles. 3. Vie Lang. 1969, p. 92. — SAIN. Sources t. 1 1972 [1925], p. 347, 364; t. 2 1972 [1925], p. 91, 229, 298, 368; t. 3 1972 [1930], p. 58.

blèche [blɛʃ] adj.
ÉTYM. 1596, sens 1; mot normand, var. métaphorisée de blece, forme régionale de blet, blette; A. Simonin signale que blesche est le nom du troisième et avant-dernier grade dans la hiérarchie des Mercelots (truands de mauvaise renommée).
1 (XVIe-XIXe). Vx. De caractère faible et dolent.
2 (Du sens 1, plus ou moins confondu avec une var. de blette : poire blaiche; emplois régionaux du XIXe passés en argot parisien v. 1880 [1921, Esnault]). Argot. Mauvais; laid. Moche, tarte.
1 Je ne pense pas qu'il se soit vengé, mais la cuisine était d'un blèche ! Dès que vous aviez terminé votre porcife1, une seule envie vous venait : vous tirer, tant l'odeur des mangeailles voisines devenait débectante.
Albert Simonin, Touchez pas au grisbi, p. 45.
1. Portion.
2 Elles étaient neuf autour de lui, des gentilles, des grosses, des fluettes et deux alors qu'étaient bien blèches, des hideurs de filles…
Céline, Guignol's band, p. 57.
REM. Un dér. bléchard [bleʃaʀ] est attesté dès 1881 (in Cellard et Rey).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • blêche — BLÊCHE. adj. des 2 g. Terme d Injure, qui signifie Un homme mou, qui n a point de fermeté, et qui n a pas la force de tenir les paroles qu il donne. C est un homme bien blêche. [b]f♛/b] On l emploie aussi substantivement. C est un blêche. C est… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Bleche [1] — Bleche (Kesselbleche), s. Dampfkessel, Schiffskessel; Schiffsbleche, s. Schiffbau …   Lexikon der gesamten Technik

  • Bleche [2] — Bleche, plattierte, s. Blech …   Lexikon der gesamten Technik

  • BLÊCHE — adj. des deux genres Terme d injure, qui se dit familièrement D un homme mou, faible de caractère, et sur la parole duquel on ne peut compter. On l emploie aussi comme substantif. C est un blêche, un vrai blêche. Il est très peu usité …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • blèche — adj. Laid : Une gonzesse blèche à gerber. / Mauvais, indigne : Prendre des otages, c est blèche. / Usé, fatigué, vieux : Il est bléchard, ton tacot …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • blèche —   adj.   Argot. Une vieille, misérable. Forme substantivée de l adjectif.    C était pour une blèche, une crachante !... une juste sortant de l hôpital, pas guérie... F1, 142.   HIST. Le DFNC donne pour origine probable de ce mot la forme… …   Dictionnaire Céline

  • blêche — (blê ch ) adj. Faible de caractère.    Substantivement. C est un blêche.    À peu près inusité. ÉTYMOLOGIE    Norm. blèque, blet, qui se pourrit. On le tire du grec, mou, faible, sot ; ce qui est possible, car on trouve dans les dictionnaires de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • bleche — bezahlen; altes Wort aus der Gaunersprache …   Saarland-Deutsch Wörterbuch

  • Bleche — Elemente im Tunnelbau, die zur vorübergehenden Sicherung/Stützung des Hohlraumrandes dem Vortrieb vorauseilend eingebaut werden …   Erläuterung wichtiger Begriffe des Bauwesens

  • bleche — …   Useful english dictionary